J’ai les articulations qui craquent

Print Friendly, PDF & Email

Si vous avez les articulations qui craquent, félicitations, vous êtes comme beaucoup de personnes ! Je vais ici tenter de vous expliquer pourquoi je crois qu’il ne sert à rien de s’inquiéter des craquements.

Les croyances autour du bruit dans les articulations

Beaucoup de personnes supposent beaucoup de choses sur l’origine du bruit de craquements dans les articulations. Ce qu’on me dit souvent :

  • C’est l’articulation qui se remet en place.
  • C’est une bulle d’air qui s’échappe.
  • C’est le cartilage, tendon, ou n’importe quel tissu qui frotte.

On m’a même dit une fois que c’était les os qui craquaient comme du vieux bois (Ce qui semble totalement faux, en tout cas les os sont des structures très solides). Avant de vous expliquer lesquelles de ces explications sont plausibles, j’aimerais que vous regardiez cette vidéo faite en IRM d’une articulation d’un doigt qu’on fait craquer en tirant dessus.

De ce qu’on peut voir, les deux os s’écartent ce qui veut dire qu’ici, le son n’est pas lié au frottement. Ils reprennent exactement leur place qu’ils avaient avant donc ce n’est pas non plus une remise en place. On voit réellement une bulle se former, mais ce qui est drôle c’est que le bruit apparaît en fait au moment de la formation de cette bulle donc ce n’est pas non plus le bruit de l’air qui s’échappe. D’ailleurs ce n’est pas non plus de l’air mais ce n’est pas important à savoir. Vous pouvez voir ça comme le bruit d’une ventouse qu’on décolle d’un mur.

Ce qui est drôle et un peu bizarre, c’est qu’il a été montré que craquer ses doigts de cette manière permettait d’augmenter la mobilité immédiatement après le craquement. 1)« Knuckle Cracking »: Can Blinded Observers Detect Changes with Physical Examination and Sonography? La raison est incertaine, mais on peut supposer plusieurs possibilités. Il est fort possible par exemple que ce gain de « souplesse » soit lié à un changement dans la sensibilité qui ne dure pas, plutôt qu’à un mécanisme physique sur l’articulation 2)Increased range of motion after static stretching is not due to changes in muscle and tendon structures..

Penser que tous les bruits qu’on peut entendre sont tous liés au même mécanisme est un peu hâtif. Il est réellement possible que des frottements provoquent des bruits par exemple. Il est par contre très improbable que le craquement provienne d’une « remise en place » d’une articulation.

Quelles informations cela nous donne-t-il ?

Une étude récente 3)Subjective Crepitus as a Risk Factor for Incident Symptomatic Knee Osteoarthritis: Data from the Osteoarthritis Initiative a fait beaucoup de bruit dans la presse non spécialisée. Selon les journalistes qui ont un peu trop vite interprété celle-ci, faire craquer ses genoux déclencherait de l’arthrose.

En réalité, ce que disait l’étude, c’est que ceux qui ont de l’arthrose aux genoux sont plus nombreux à rapporter avoir eu des craquements que ceux qui n’ont pas d’arthrose. On est face à ce que l’on appelle un biais de mémoire. Imaginez que vous vous cogniez la jambe dans la table basse, alors si le lendemain vous avez un bleu, vous vous souviendrez, la plupart du temps, avoir été agressé par votre table basse. Si vous n’avez rien, vous avez toutes les chances d’oublier ce désagrément.

C’est la même chose ici, les gens qui ont des signes d’arthrose aux genoux sont plus susceptibles de se rappeler que leur genou a craqué que les autres. Ça a d’ailleurs été, semble-t-il, démontré pour les articulations de la mâchoire. 4)Prevalence of different temporomandibular joint sounds, with emphasis on disc-displacement, in patients with temporomandibular disorders and controls.

Il est aussi possible que les gens qui remarquaient ces craquements, leur accordaient une importance trop grande, comme c’est le cas de beaucoup de personnes qui finissent par éviter les mouvements de peur de s’user. 5)People’s beliefs about the meaning of crepitus in patellofemoral pain and the impact of these beliefs on their behaviour: A qualitative study. Or, bouger est au contraire essentiel à la bonne santé des articulations. Les mouvements et contraintes aident à bien nourrir le cartilage, et stimulent sa production 6)Dynamic Compressive Loading Enhances Cartilage Matrix Synthesis and Distribution and Suppresses Hypertrophy in hMSC-Laden Hyaluronic Acid Hydrogels. Utiliser ses articulations aiderait en fait à éviter l’arthrose, ça peut paraître surprenant pour beaucoup. Pourtant, on retrouve moins d’arthrose de genou et de hanche chez ceux qui font de la course à pied que chez ceux qui n’en font pas. 7)The Association of Recreational and Competitive Running With Hip and Knee Osteoarthritis: A Systematic Review and Meta-analysis Un moyen simple d’imaginer ça, c’est de regarder la peau de vos pieds. Elle est en permanence sollicitée, écrasée, frottée. C’est pourtant l’endroit où la peau est la plus épaisse et solide dans le corps. Bien sûr si vous la sollicitez trop d’un coup, vous allez avoir des ampoules. Mais ces tissus se sont quand même bien adaptés à la charge, il n’y a pas de raison que ce soit différent pour les autres du corps humain.

Le craquement n’est donc pas un indicateur de l’état de l’articulation, et ne permet pas de dire ce qu’il faut faire.  La seule information que ça nous donne c’est donc que vous êtes craquants !

En résumé

Le craquement est tout à fait normal. Ce n’est pas une remise en place de l’articulation, ce n’est pas qu’on est en train de s’abîmer et ce n’est pas un signe alarmant. On ne sait pas exactement à quoi ça correspond, mais ce qu’on sait c’est que vous êtes solides et qu’il vaut mieux bouger et faire des mouvements, même si on craque, plutôt que de ne rien faire. Le corps humain s’adapte magnifiquement bien à toutes les contraintes qu’on lui fait subir, ne craignez pas un peu de bruit.

References   [ + ]

Une réflexion au sujet de « J’ai les articulations qui craquent »

Laisser un commentaire